« iCivil Africa » : une application révolutionnaire pour enregistrer les naissances et fiabiliser les registres d’état civil

Published by lelab on

La plateforme « iCivil » est une solution intégrée, basée sur une application mobile qui permet consécutivement la déclaration, l’enregistrement et la délivrance d’actes de naissance et des autres faits d’état civil, à partir de bracelet à bulles d’identification/authentification numérique des nouveaux nés et de SMS cryptés pour transmettre rapidement l’information sans se déplacer.

Conçue et architecturée au Burkina Faso en réaction aux contraintes de mobilité africaines, elles-mêmes aggravées par une pauvreté endémique, la plateforme iCivil est un support technologique moderne, accessible et adapté aux infrastructures de communication déjà disponibles sur le continent. « iCivil Africa » est une startup africaine fondée en août 2015 par Adama Sawadogo et Francis Bourrières, co-inventeurs de la plateforme « iCivil ». ICivil Africa vise primordialement à permettre l’enregistrement des 27 millions de naissances annuelles africaines, la régularisation à l’état civil des 230 millions d’enfants fantômes de moins de 5 ans dans le monde ainsi que les 55% de la population africaine qui n’ont aucune existence légale.

sawadogo-500
Unique solution au monde dans le segment de l’enregistrement numérique des naissances et des autres faits d’état civil avec génération d’actes authentiques, la solution d’iCivil Africa traite donc de façon absolue la dimension humanitaire – et par voie de conséquence la dimension économique de tout ce monde invisible. Elle est inédite, car respecte particulièrement toutes les contraintes technico-juridiques de l’Enregistrement des naissances et autres faits d’état civil, grâce notamment au lien interphases incassable assuré par le Code à bulles. Il est en effet nécessaire de prouver en toutes circonstances que le nouveau-né déclaré à l’instant T= 0 est bien la même personne à qui un acte de naissance pourra être délivré 20, 50, ou 80 ans plus tard.
ICivil Africa entend permettre aux Etats de constituer à la constitution de registre d‘état civil en moins de 5 ans, facilitant ainsi toute la production de document qui en dépend : identitaire, nationalité, santé, transport, élections, éducation, titres fonciers, etc… Elle apporte ainsi le préalable à la construction d’une Afrique innovante, numérique, inclusive et de croissance partagée.

bracelet

Elle vient de terminer avec succès une expérimentation au Burkina Faso (voir : https://youtu.be/AOqG85lyXvw ). Ce pilote est une double réussite : sur le plan technologique et au niveau de l’acceptation terrain. Elle bénéficie également d’une forte adhésion des organisations internationales (UNICEF, OMS, OIF, Notariat Francophone, UNFPA, Banque Mondiale…).
ICivil Africa entame en ce moment le processus d’industrialisation de son concept, en vue de répondre rapidement à l’attente de l’ensemble des 54 pays africains. Un projet industriel qu’appuiera l’ONU dans la mise en œuvre de son agenda des Objectifs de Développement Durable au travers de l’article 16.9 qui mentionne: « D’ici à 2030, garantir à tous une identité juridique, notamment grâce à l’enregistrement des naissances ».