Entretien avec Koffi Jacques Olivier NGUESSAN –TYEGRO- Côte d’Ivoire

Published by lelab on

Koffi Jacques Olivier N’Guessan est un entrepreneur ivoirien, fondateur d’une Start-up, Tyegro,
spécialisée dans la culture, la transformation et la commercialisation des produits agricoles 100% bio.
Nous sommes allés à sa rencontre pour en savoir davantage sur ses ambitions.

Le LAB : « Pouvez-vous revenir sur votre parcours et sur vos responsabilités à l’heure actuelle ? »

Koffi Jacques Olivier : «  Conscient des conséquences de la rareté des pluies liées à la disparition de
la forêt et du réchauffement de la planète, j’ai décidé d’entreprendre. J’entreprends pour lutter pour
la sauvegarde de la nature et de ses composantes.
Après plusieurs réflexions et essaies, je découvre en que nos déchets agricoles (peau de banane,
peau de manioc, feuilles de maïs, tiges de tomate, …) qui bouchent nos caniveaux, polluent nos
marchés et notre environnement, peuvent avoir une deuxième vie. Les feuilles d’ananas que nous
négligeons et qui salissent l’environnement peuvent sauver les animaux. Par conséquent, je lance 5
hectares de culture de Août 2015 jusqu’en Janvier 2016. Le montant recueillit m’a permis de lancer
mes activités à partir de Avril 2016. En lançant mon business, j’ai fait la promesse de créer plus
d’emploi afin de sortir les personnes qui sont dans les mêmes conditions de pauvreté que moi.
Aujourd’hui mes employés sont composés à 41% de veuves, orphelins et handicapés. En Mai 2016,
nous sortons notre premier prototype du cuir à base des feuilles d’ananas.
Depuis ce temps, nous travaillons à augmenter nos productions, à moderniser notre entreprise, à
créer plus d’emplois, à réinventer et reconstituer nos forêts afin de stabiliser notre climat. J’assure
aujourd’hui pleinement la gestion de la société. »

Le LAB : « Pouvez-vous nous en dire plus sur votre engagement ? Quelles sont les causes qui vous
tiennent personnellement le plus à cœur ? »
Koffi Jacques Olivier : « Petits, nous avons connu ce bel héritage légué par nos parents et nos grands-
parents : le vrai goût des fruits et de la vrai nourriture issue de la Terre (aujourd’hui il y a des cultures
qui sont produit hors du sol naturel), une éducation qui n’était pas basée uniquement sur la
télévision, le respect des autres (les animaux, les arbres, la forêt, les eaux, …), la liberté de marcher
pied nu dans l’herbe. En clair, nous sommes la génération la plus destructrice de toute l’histoire de
notre belle planète, armée de notre super technologie. The Yaletite Entreprise Group of Côte d’Ivoire
s’engage et tente de corriger cela à travers ses produits. »

Le LAB : « Pouvez-vous nous en dire plus sur les raisons qui vous ont poussé à lancer votre start-up ? »
Koffi Jacques Olivier : « Au départ, je n’avais pas créé TYEGRO-CI pour gagner de l’argent. Je l’ai
créé pour informer nos femmes, maris, enfants, parents et voisins, des dangers qui nous menacent.
Mais surtout et par-dessus tout pour rassembler les hommes et les femmes qui souhaitent agir
activement et physiquement pour arrêter ce carnage, et réapprendre à être heureux, dans le respect
de soi, des autres et de la nature. »

Le LAB : « Pourquoi considérez-vous qu’il soit primordial d’encourager et de soutenir les jeunes
entrepreneurs africains ? »
Koffi Jacques Olivier : « L’Afrique c’est le continent de l’avenir. Nous avons tout en Afrique pour
réussir. Les entrepreneurs africains pensent demain, ils pensent l’avenir de l’humanité, nos projets
sont de nature à lutter contre les maux de la planète. La culture solidarité en Afrique pousse les
entrepreneurs à l’aide du prochain, ils ont, certes, des projets différents, mais ont un but et un
objectif commun : lutter contre la pauvreté à travers la création d’emplois descends, innover les
secteurs afin d’accélérer le développement du continent, créer et inventer pour préserver l’univers
africain.
Nous, les entrepreneurs africains, avons la capacité de tout changer positivement, nous pouvons
rehausser le niveau des prestations, surtout dans le milieu agricole. Nous avons juste besoin d’un
encadrement, d’une meilleure organisation, et des soutiens matériels, financiers et humains. »

Le LAB : « Pourquoi participer aux African Rethink Awards vous tient-il à cœur ? »
Koffi Jacques Olivier : « J’ai décidé de participer aux African Rethink Awards car je veux d’abord
exprimer mon engagement dans la lutte pour le bien-être de la planète, ensuite, intégrer le réseau
ARA, apprendre auprès des autres, partager ce que je sais, rechercher un soutien financier et
matériel pour le renforcement des capacités de nos systèmes de productions. Faire des rencontres et
présenter mes projets aux acteurs du domaine, rencontrer des investisseurs et, finalement, gagner le
Grand prix 2019. »

TYEGRO