Entretien avec Steven Bedi, fondateur de Panelys Cash – Côte d’Ivoire

Published by lelab on

A 31 ans, Steven Bedi est à la tête de Panelys Cash. Cette technologie permet aux populations qui ne sont pas en mesure d’ouvrir un compte bancaire d’avoir accès à des produits bancaires à bas prix. Avant de présenter son projet aux membres du Jury des African Rethink Awards 2019, nous l’avons rencontré à Abidjan. Il nous en dit plus sur son parcours et son projet.

Le LAB : « Pouvez-vous revenir sur votre parcours et sur vos responsabilités à l’heure actuelle ? »

« En 2012, alors que je n’avais que 24 ans, je fonde la start-up Afrikadeal Agency Sarl spécialisée dans les solutions IT et Marketing. En 2014, cette dernière est élue « Start-up NTIC 2014 » par le patronat ivoirien. En 2016, je lance la start-up Sead Group SA spécialisée dans l’ingénierie financière et le négoce de matière première. En 2018, nous lançons Panelys Cash, un produit de la start-up Sead Group. »

 

Le LAB : « Pouvez-vous nous en dire plus sur votre engagement ? »

« Soutenir l’entrepreneuriat des jeunes est une cause qui me tient particulièrement à cœur. Au-delà des conférences et des panels que j’anime, j’ai initié Le Club 50 dont je suis le président. Il s’agit d’un business Club qui réunit entrepreneurs, jeunes leaders et lauréats de concours régionaux et internationaux. »

 

Le LAB : « Pouvez-vous nous en dire plus sur les raisons qui vous ont poussé à lancer votre start-up ? »

« Selon la Banque Mondiale, l’un des principaux leviers de lutte contre la pauvreté est l’inclusion financière. Suite à la création par le gouvernement de l’agence de Promotion de l’Inclusion Financière, Panelys Cash booste la bancarisation en démocratisant la carte bancaire comme outil de paiement. N’ayant plus à choisir entre le mobile money et la banque, les populations non bancarisées auront accès à des services bancaires de qualité à bas prix. Les enjeux sont donc significatifs. »

 

Le LAB : « Pourquoi considérez-vous qu’il soit primordiale d’encourager et de soutenir les jeunes entrepreneurs africains ? »

« Selon les prévisions des Nations Unies, la population du continent africain passera à 2,4 milliards en 2050, soit un quart de la population mondiale. Plus de la moitié de cette population sera constituée de jeunes de moins de 35 ans. La jeunesse africaine entrepreneure apparait comme l’acteur clé de son employabilité, donc du développement de l’Afrique et du monde. »

 

Le LAB : « Pourquoi participer aux African Rethink Awards vous tient-il à cœur ? »

« Participer aux ARA est pour nous une vitrine pour mettre en exergue notre combat et les deux leviers de lutte contre la pauvreté que nous mettons en place : l’entrepreneuriat et l’inclusion financière. »

L’équipe de Panelys au travail