Entretien avec Tenon Brahima Coulibaly, fondateur de Digital Smart Trash-Côte d’Ivoire

Published by lelab on

Atteindre les Objectifs de Développement Durable est une cause qui tient particulièrement à cœur au jeune ivoirien Tenon Brahima Coulibaly. La start-up Digital Smart Trash qu’il cofonde en 2019, entend accompagner les populations africaines dans l’apprentissage du tri-sélectif. Alors qu’il se prépare aux African Rethink Awards, nous l’avons rencontré. Il nous en dit plus sur ses ambitions et son projet.

 

Le LAB : « Pouvez-vous revenir sur votre parcours et sur vos responsabilités à l’heure actuelle ? »

Tenon Brahima Coulibaly : « Je suis ingénieur en Génie Logiciel et fondateur de la Start Up Tenon Corporate en 2014. Je suis également diplômé en Communication visuelle. Je cofonde Digital Smart Trash en 2019. Il s’agit d’une start-up spécialisée dans la confection et la distribution de poubelles connectées de tri-sélectif. »

Le LAB : « Pouvez-vous nous en dire plus sur votre engagement ? »

Tenon Brahima Coulibaly : « Notre engagement consiste à mettre des poubelles de tri-sélectif à disposition des établissements scolaires, bureaux et lieux publics afin de répondre à la problématique de l’assainissement et d’une éducation écocitoyenne. Nous entendons ainsi réduire l’impact négatif de l’homme sur l’environnement. Personnellement je crois qu’il faut éduquer les populations sur l’importance de trier les ordures et l’impact que cela pourrait avoir sur notre environnement et notre qualité de vie. Trier pour ensuite recycler, c’est tout aussi noble que lucratif. »

Le LAB : « Pouvez-vous nous expliquer les raisons qui vous ont poussé à lancer votre start-up ? »

Tenon Brahima Coulibaly : « J’ai décidé de lancer ma start-up afin de répondre plus efficacement à la problématique de l’assainissement. Le système actuel de déchet n’a cessé de montrer ses limites. Alors, j’ai décidé de mettre la technologie à profit, afin d’optimiser le système actuel tout en garantissant aux africains un cadre de vie sain en proposant de nouvelles solutions alternatives de dépollution par le tri-sélectif et la valorisation des déchets. »

Le LAB : « Pourquoi considérez-vous qu’il soit primordial d’encourager et de soutenir les jeunes entrepreneurs africains ? »

Tenon Brahima Coulibaly : « L’Afrique, à ce jour affiche une pyramide des âges très évasée à la base, puisque 60 % des africains ont moins de 25 ans. Aussi, on estime que l’Afrique comptera 1,704 milliard d’habitants en 2030, 2,528 milliards en 2050 et 4,468 milliards en 2100 soit à cet horizon 40 % de la population mondiale. Il est donc plus que nécessaire que cette jeunesse s’approprie les Objectifs de Développement Durable, car c’est ainsi qu’elle pourrait inverser la balance afin d’inciter les autres peuples à migrer vers ce continent à très fort potentiel. Les jeunes africains ont la compétence nécessaire pour contribuer de façon significative à jeter les bases d’un monde plus inclusif et durable. »

Le LAB : « Pourquoi votre aux African Rethink Awards vous tient-elle à cœur ? »

Tenon Brahima Coulibaly : « Je postule aux African Rethink Awards, afin que mon message sur la sensibilisation d’un comportement éco citoyen puisse mieux porter. Il s’agit également de renforcer mes capacités de leadership afin d’impacter plus positivement mon environnement professionnel et social. Un succès aux African Rethink Awards sera plus que bénéfique car cette distinction nous permettra d’accroître assurément l’impact social que je souhaite avoir via mon projet d’entreprise. »

Les équipes de Digital Smart Trash sur le terrain