Entretien avec William Amouh, fondateur de PayChap -Togo

Published by lelab on

William Amouh est Ingénieur Logiciel et Programmeur Analyste. Soutenu par la BRVM, il lance le projet PayChap et propose un système de paiement online et offline, adapté aux réalités africaines. Alors que celui-ci se prépare à participer aux ARA en octobre prochain, nous l’avons rencontré. Il nous en dit plus sur son projet et ses ambitions.

Le LAB : « Pouvez-vous revenir sur votre parcours et sur vos responsabilités à l’heure actuelle ? »

William Amouh : « Je suis Ingénieur Logiciel et Programmeur Analyste, passionné de technologie et de finance. En Août 2018, j’ai décidé d’apporter ma pierre à l’édifice, afin de faire de l’Afrique une cashless society et booster son économie. D’où l’idée de PayChap, le système de paiement qui propose des services online et offline adaptés aux réalités africaines. J’ai donc mis une équipe solide en place constituée d’expert de la FinTech. Nous avons séduit plusieurs investisseurs et un grand nombre de jurys de concours, notamment la BRVM FinTech Innovation Challenge. Actuellement je suis le CEO et le coordonnateur des activités dans l’entreprise. »

 

Le LAB : « Pouvez-vous nous en dire plus sur votre engagement ? Quelles sont les causes qui vous tiennent personnellement le plus à cœur ? » 

William Amouh : « Je souhaite faire de l’Afrique une société sans cash en fournissant un seul moyen de paiement numérique pour toutes nos transactions financières routinières. Il s’agit ainsi de réduire le risque lié à aux transactions, notamment les fraudes dans les transactions et l’insécurité liée à la possession de liquide sur soi. »

 

Le LAB : « Pouvez-vous nous en dire plus sur les raisons qui vous ont poussé à lancer votre start-up ? »

William Amouh : « L’Afrique subsaharienne a un taux d’inclusion financière de 10%. Il y a un besoin réel, une grande demande, donc un marché à exploiter. »

 

Le LAB : « Pourquoi considérez-vous qu’il soit primordiale d’encourager et de soutenir les jeunes entrepreneurs africains ? »

William Amouh : « Malgré les centaines d’innovations qui naissent chaque année, l’Afrique demeure encore un marché vierge, un continent à développer et il n’y a que par le biais de l’entrepreneuriat que les jeunes peuvent accomplir cette tâche. Je pousse vivement les jeunes à se lancer et exhorte les investisseurs et entreprises à les soutenir pour une Afrique meilleure. »

 

Le LAB : « Pourquoi participer aux African Rethink Awards vous tient-il à cœur ? »

William Amouh : « Les African Rethink Awards permettront de soutenir et propulser PayChap vers de nouveaux horizons. »

L’équipe de PayChap au travail