Flutterwave – Fondé en 2016, Nigéria

Published by Le LAB on

25 millions : c’est le nombre de transactions opérées sur via l’application de Flutterwave, une start-up fondée en 2016 par des ingénieurs issus de sociétés comme Standard Bank, PayPal ou Google Wallet. Etoile plus que montante parmi les nouvelles entreprises de la fintech, Flutterwave, basée à San francisco mais fondée au Nigéria, fournit un système de paiement mobile sécurisé à destination des banques, des vendeurs ou même des particuliers (explorez toutes les possibilités de l’application sur le site de Flutterwave : https://flutterwave.com/us/). En plus de permettre également aux commerçants d’effectuer et de recevoir des paiements sur diverses plateformes, Flutterwave permet à ses utilisateurs d’échanger dans 150 devises. L’application fonctionne avec les e-commerce, la mobile money, les cartes bancaires, etc. et est également connectée à l’application de mobile money M-Pesa, lancée en 2007 par l’opérateur Vodafone Safaricom (et depuis rachetée par Vodafone : https://www.jeuneafrique.com/924130/economie/apres-leur-rachat-de-m-pesa-quelle-strategie-pour-les-partenaires-vodacom-et-safaricom/).

Bien que Flutterwave ait son siège social à San Francisco, aux États-Unis, l’entreprise à ses principaux bureaux à Lagos, au Nigéria, ainsi que des représentations à Nairobi, Accra et Johannesburg. Depuis le début des opérations de l’entreprise, 100 millions de transactions ont été réalisées et plus de 3,6 milliards dollars US ont transité via le système de paiement. L’entreprise fédère également plus de 50 partenaires bancaires à travers l’Afrique et une équipe de 1200 développeurs dans le monde. Parmi ses principaux investisseurs, on compte Green Visor Capital et Greycroft Partners mais aussi des entreprises comme l’accélérateur américain Y Combinator, MasterCard, 4DX Ventures et CRE Venture Capital. L’entreprise a en janvier 2020 levé 35 millions de dollars pour renforcer ses activités de paiement (https://www.agenceecofin.com/finance/2201-73058-la-fintech-flutterwave-leve-35-millions-pour-renforcer-son-activite-en-afrique-et-diversifier-ses-services). Elle s’intéresse notamment aux circuits de transactions entre Chine et Afrique, une orientation qui a décidé un partenariat avec le site chinois de vente en ligne Alibaba (https://www.techafrika.net/Flutterwave-et-Alipay-s-associent-pour-fluidifier-les-paiements-entre-l-Afrique-et-la-Chine_a1733.html

Lors d’une enquête réalisée par la Fondation GreenTec Capital, le cofondateur de Flutterwave Olugbenga Agboula a expliqué son objectif lors du lancement de la start-up : « Avant de créer mon entreprise […], J’ai été au cœur des problèmes liés à l’absence d’infrastructure de paiement sur les marchés financiers africains. Flutterwave a entièrement été pensé et conçu pour résoudre ce problème. J’ai également réalisé que les banques ne peuvent pas résoudre ce problème parce que les banques ne se font pas confiance entre elles. Il y avait le besoin d’avoir un acteur non-bancaire pour jouer le rôle d’intermédiaire et résoudre ce problème en connectant toutes les banques ensemble afin de permettre à un commerçant se trouvant à Lagos de recevoir facilement le paiement d’un client se trouvant à Nairobi ».

Flutterwave a également lancé un concours ouvert aux femmes entrepreneures, accessible au Nigeria, au Kenya, au Ghana, au Rwanda et en Afrique du Sud (https://www.techcityng.com/flutterwave-announces-international-womens-day-grant-women-led-businesses/).

Categories: Fintech