GreenTec Capital Partners, faire des start-ups africaines des entreprises durables

Published by lelab on

Faire des start-ups africaines le levier du développement économique et social du continent, telle est la mission de GreenTec Capital Partners.

Fondée en 2015 par Erick Yong et Thomas Festerling, GreenTec Capital Partners, est à la fois une société de management et un fonds d’investissement.

Le but : transformer les start-ups africaines en entreprises durables et rentables. Basée à Francfort, en Allemagne, GreenTec Capital Partners dispose également de bureaux en France, au Nigéria et en Ethiopie.

La croissance rapide, la forte poussée démographique et la transformation digitale touchant les populations africaines mettent en scène de nouvelles problématiques. GreenTec Capital Partners veut apporter des solutions durables pour accompagner les mutations sociétales, environnementales, économiques et sociales auxquelles le continent africain doit faire face.

Soutenir de jeunes entreprises innovantes, notamment dans le domaine agricole, est essentiel pour GreenTec Capital Partners. Ses experts estiment que, d’ici 2030, le secteur agricole atteindra 1000 milliards de dollars. GreenTec Capital Partners met également au cœur de ses actions les ressources renouvelables.

Pour ses dirigeants, leur exploitation est indispensable pour faire face aux transformations du continent. Moteur de la transformation durable de nombreux secteurs d’activité, la digitalisation est la troisième priorité de GreenTec Capital Partners.

A ce jour, GreenTec Capital Partners intervient dans 17 start-ups francophones et anglophones. Originaires de dix pays africains différents, elles ont toutes vocation à accélérer le développement durable du continent.

Convaincu de l’impact positif que pourrait générer la concrétisation des projets qu’il accompagne, GreenTec Capital Partners ne se contente pas simplement de leur apporter un soutien financier.

Riche d’un réseau d’experts et de partenaires, la société de management transforme globalement les jeunes start-ups. Parvenir à créer une valeur ajoutée supplémentaire pour combler les lacunes de financement, tel est l’objectif du soutien opérationnel sur mesure que propose GreenTec Capital Partners.

Une fois transformées en entreprises durables, elles ont accès au financement d’investisseurs professionnels, dont fait partie le fonds propre GreenTec Capital Partners.

 

 

La Fondation GreenTec Capital Africa, catalyser l’écosystème africain

 

 

Depuis mars 2019, les activités de la société de management et du fonds propre sont relayées par celles de la Fondation GreenTec Capital Africa.

Présidée par le co-fondateur et directeur financier de GreenTec Capital Partners, Thomas Festerling, la fondation est une organisation à but non lucratif qui a pour mission de promouvoir les investissements dans l’entreprenariat africain.

Les entrepreneurs performants, aux idées et aux concepts convaincants, se multiplient sur le continent. La fondation veut être un catalyseur d’investissements et impulser le développement réussi et durable de l’écosystème africain.

L’équipe de la fondation travaille en étroite collaboration avec les principaux acteurs de l’entrepreneuriat africain, des investisseurs et des entreprises européennes et africaines, ainsi qu’avec des institutions publiques et privées.

La fondation offre aux investisseurs et aux entreprises un partage des connaissances et une l’expertise en matière d’investissements dans l’entreprenariat africain.

Les équipes du LAB ont rencontré Erick Yong, Président et co-fondateur de GreenTec Capital Partners. Il nous fait part des activités de GreenTec Capital Partners et détaille sa manière de procéder.

 

Erick Yong et Saana Tazi

Entretien avec Erick Yong, CEO Fondateur de GreenTec Capital Partners

 

 

Le LAB : « Quel est votre parcours personnel »

Erick Yong : « Je suis un entrepreneur panafricain, Français né en Allemagne.  Après avoir obtenu un Baccalauréat scientifique au Lycée Français d’Addis Abeba, en Ethiopie, J’ai effectué une école de commerce à Metz, puis à Strasbourg.

 J’ai été très tôt piqué par la fièvre entrepreneuriale. A cette époque, je ne connaissais pas encore le principe des fonds d’investissement. Plus tard, cela m’a amené à utiliser toutes les alternatives possibles dans mon entreprise pendant 6 ans avant de connaître un premier succès conséquent.

Suite à cela, j’ai travaillé pour des cabinets en stratégie et développement durable avant  de rejoindre un groupe d’investissement chinois au Luxembourg en qualité de « Venture Builder ». Cette dernière expérience comme développeur de compagnie en Europe et en Asie m’a permis d’acquérir une dimension globale dans la création d’entreprise.

Suite à cela, j’ai voulu partager ce que j’avais acquis en terme d’expérience avec mon continent d’origine. J’ai eu la chance de rencontrer mon futur associé, Thomas Festerling, directeur pour la structuration de fonds d’investissement à la Deutsch Bank avec qui nous avions les mêmes aspirations de développement.

Nous avons donc décidé en 2014 de créer notre propre structure d’investissement basée sur des principes de création de valeur répondant aux spécificités de l’environnement économique en Afrique. »

 

Le LAB : « Pourquoi avoir choisi l’Allemagne comme base de vos travaux ? »

Erick Yong : « Plusieurs membres de ma famille vivent ici et j’avais donc un point d’ancrage évident. Mais surtout, il y avait un besoin, un espace qui n’était pas investi.

Les relations entre l’Allemagne et le continent africain n’ont rien à voir avec celles qui lient la France et l’Afrique. Il ne s’agit pas du tout d’un désintérêt mais un manque d’occasions, d’histoire partagée.

L’Allemagne a une vision très responsable vis-à-vis de l’Afrique et particulièrement du bien-être de ses populations. Ses relations ont toujours été plus au niveau industriel que entrepreneuriale.

C’était l’occasion d’innover en proposant une solution permettant d’investir aux côtés des entrepreneurs Africains et ainsi de catalyser les relations entre l’Allemagne et l’Afrique subsaharienne.

GreenTec Capital Partners a comblé un manque. C’est l’une des principales raisons du développement rapide de GreenTec Capital en Allemagne. »

 

Le LAB : « Pouvez-vous nous décrire votre implication auprès de la chancelière allemande ? »

Erick Yong : « Avec Thomas Festerling, co-fondateur de GreenTec Capital Partners, en 2015, nous avons très rapidement bénéficié du support des équipes de la Chancelière allemande.

Un première fois en 2017, en recevant du ministère du Développement le Prix de l’Entreprise de l’année dans le cadre du développement.

Puis en 2018, lorsque j’ai été convié pour la première fois au Bundestag, le parlement Allemand, afin de présenter notre stratégie et notre vision pour la promotion de l’entrepreneuriat en Afrique subsaharienne.

Thomas et moi y avons proposé une certaine vision du développement du secteur privée qui a beaucoup plus aux députés.

Aujourd’hui GreenTec Capital fait partie des entreprises privilégiées impliquées dans les discussions dans le cadres des programmes mis en œuvre par des institutions tel que GIZ et les discussions relatives à la politique allemande en Afrique. »

 

Le LAB : « Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à fonder GreenTec Capital Partners ? »

Erick Yong : « Fondamentalement, c’est pour servir l’initiative privée et contribuer à soutenir cet élan entrepreneurial de création de valeur que l’on voit aujourd’hui émergé en Afrique.

Pour permettre aussi l’éclosion d’un écosystème favorable au développement des entreprises subsahariennes. Le manque de financement est le premier obstacle que rencontrent les entrepreneurs africains.

Avant d’investir dans un projet, les structures d’investissement existantes exigent un niveau minimum de croissance et de développement qui ne se reflète pas dans la majorité des jeunes entreprises Africaines.

Or, atteindre un tel niveau de développement ne peut se faire sans un minimum d’investissement. Il faut de l’argent bien sûr, mais il faut surtout un accompagnement opérationnel plus poussé que dans les pays développés.

 La solution GreenTec ? Au lieu de seulement transférer de l’argent, nécessaire à la mise à niveau, nous nous impliquons opérationnellement et créons cette valeur avec l’entrepreneur.

C’est un partenariat fort qui s’inscrit dans la durée. On intervient en nouveau fondateur. On fait en sorte d’intégrer très tôt les attentes des futurs partenaires financiers et de faciliter l’accès à des partenaires qui n’auraient pas de prime abord accepter de collaborer avec une jeune structure en Afrique.

Dès leur sortie des accélérateurs ou des incubateurs, beaucoup de start-ups et d’entrepreneurs se retrouvent livrés à eux même. Plus de 9 jeunes entreprises sur 10 disparaissent dans les deux premières années de leur existence.

Comme Ils ne sont majoritairement pas prêts et doivent effectuer leur transformation avant de lever des fonds destinés à accélérer la croissance de leur entreprise, beaucoup ignorent les règles d’engagement dans la course à l’investissement long terme.

Nous effectuons alors, un travail de mise à niveau par une refonte de la stratégie, de l’introduction de nouveaux partenariats, de la mise en place de nouveaux processus internes, d’une meilleure gouvernance et des outils d’expansion géographique.

Nous sommes alors prêts à accompagner le projet vers les bons investisseurs professionnels. Les fonds propres de GreenTec Capital Partners peuvent être considérés comme des ressources directement des start-ups. »

 

Le LAB : « Mis à part le manque de financement, quels sont les obstacles auxquels sont confrontés les entrepreneurs africains ? »

Erick Yong : « L’argent n’est pas le seul défi que doivent relever les entrepreneurs africains.

L’obstacle le plus difficile, c’est le manque d’accès aux technologies appropriées et le manque de compréhension du monde des investisseurs.

Quelle technologie utiliser pour développer un projet ? Quel mode de distribution mettre en œuvre ? Comment gérer la comptabilité de manière à produire des résultats ? Toutes ses interrogations sont des questions et des choix opérationnels qui ont un impact sur la réussite du projet. »

 

Le LAB : « Quel soutien apporte GreenTec Capital Partners en ce sens ? »

Erick Yong : « D’une part, nous accompagnons les entrepreneurs dans leurs premiers choix, souvent déterminants de la suite.

D’autre part, nous opérons directement en leur nom avec les différents opérateurs. Nous comptons une grande majorité d’entrepreneurs dans notre équipe et nous sommes familiers des problématiques que rencontrent les entrepreneurs que nous accompagnons.

Nous avons constitué un réseau de partenaires. Nous savons comment ces derniers travaillent et nous les mettons à disposition des entrepreneurs que nous accompagnons. »

 

Le LAB : « Pouvez-vous nous en dire plus sur le modèle d’investissement « Result for equity » que GreenTec Capital Partners applique ? »

Erick Yong : « Pour accéder au capital patient, toutes les PME en démarrage et celles en phase de pré-croissance en Afrique doivent avoir démontré au marché leur unique valeur ajoutée, tout en implantant un gène de croissance exponentielle dans leur modèle.

La capacité d’identifier et de mettre en œuvre ce gène de croissance est étroitement liée à l’accès à l’expertise, au bon réseau de partenaires et au support opérationnel dispensé par des professionnels plutôt qu’à l’accès aux liquidités.

Notre modèle « Results for equity » (Des parts contre de la performance), est un nouveau mode de transaction qui permet d’y accéder en partageant une petite partie de la valeur ajoutée créée à la suite d’un soutien personnalisée concluant.

Ce succès est validé par l’accès à un fond d’amorçage provenant d’une source tierce. Comme vous le voyez, tout ne se résume pas aux compétences humaines, bien qu’elles soient considérables. C’est pourquoi nous allouons à toutes nos start-ups une équipe de professionnels spécialisés dans l’accompagnement et dans la négociation de capital.

Ainsi nous sollicitons notre propre réseau d’investisseurs et de Business Angels pour investir dans les sociétés dans lesquelles nous avons-nous-mêmes investis avec succès. Ceux-ci acceptent d’investir car ils nous connaissent bien maintenant et nous font confiance.

Ils pensent, comme nous, que l’apport opérationnel de  GreenTec Capital Partners réduit le risque opérationnel lié à leur investissement. C’est gagnant-gagnant. »

 

Le LAB : « Pouvez-vous nous parler des start-ups que soutient GreenTec Capital Partners ? »

Erick Yong : « Notre portefeuille se composent aujourd’hui de 17 start-ups, réparties dans 10 pays d’Afrique francophone et anglophone.

Nous intervenons dans des verticales assez différentes. Par exemple, la jeune pousse béninoise, Biophyto, qui produit des fertilisants biologiques, la start-up nigériane Farmcrowdy, qui augmente le ratio d’utilisation des parcelles des petits agriculteurs   ou encore l’entreprise kenyane de micro-assurance Bismart qui propose un outil de management de l’assurance pour population non bancarisées.

Nous les aidons à construire des partenariats stratégiques, mettant à disposition des experts spécialisés dans leur domaine. Nous apportons aussi un soutien à leur fond de roulement en attendant les effets de cette transformation.

C’est vraiment une transformation d’ampleur mais personnalisée que nous opérons. »

 

Le LAB : « Pouvez-vous nous parler de la nouvelle Fondation GreenTec Capital Partners ? »

Erick Yong : « La Fondation vient en amont de la société de management GreenTec Capital Partners. Elle a pour vocation la promotion des investissements à destination des start-ups en Afrique Subsaharienne.

Nous ne pouvons pas investir dans toutes les sociétés que nous rencontrons mais nous essayons d’impacter un maximum en agissant au niveau de l’écosystème en promouvant la créativité des entrepreneurs, en valorisant le maintien de cet écosystème et les capacités des entrepreneurs à créer de la valeur dans une relation d’investissement.

Finalement, c’est un partenaire dédié au partage de la connaissance et à la collaboration entre communautés entrepreneuriales intéressées par l’Afrique. »

Propos recueillis par Mathida Diaby – Le LAB

 

Christian Hermann Kouassi, Fondateur de l’incubateur ivoirien Icub’Ivoir, Erick Yong, Président et co-fondateur de GreenTec Capital  et Sofien Sidhoum, Directeur France de GreenTec Capital Partners- LAB 2018 Abidjan

Viva Technology 2019

Erick Yong, Président et co-fondateur de GreenTec Capital Partners et les membres de l’équipe de la start-up Bismart, au Kenya.

Membres du bureau de GreenTec Capital Partners à Addis Abeba en Ethiopie et Erick Yong Président et co-fondateur de GreenTec Capital Partners

Membres du bureau de GreenTec Capital Partners à Lagos, au Nigeria et Erick Yong, Président et co-fondateur de GreenTec Capital Partners

Gerd Müller, ministre allemand du développement et Erick Yong, Président et co-fondateur de GreenTec Capital Partner -Remise du Prix Entrepreneur de l’année 2017, Berlin