Parutions Presse

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Programme régional L’Oréal-UNESCO For Women In Science Africa

 

Cérémonie de remise des bourses Afrique sub-saharienne Nairobi – 6 décembre 2018

 

Paris – 21 novembre 2018 : La Fondation L’Oréal remettra, le 6 décembre 2018, à Nairobi (Kenya), des bourses de recherche à 14 jeunes femmes scientifiques exceptionnelles effectuant leurs travaux en Afrique sub-saharienne.

 

Avec cette 9e cérémonie du programme régional L’Oréal-Unesco For Women In Science sur le continent africain, la Fondation L’Oréal souhaite signifier son engagement particulier auprès des femmes scientifiques africaines et son ambition de contribuer au développement de l’excellence scientifique au féminin en Afrique.

« Le monde a besoin de science et la science a besoin des femmes : cette conviction a encore plus de sens en Afrique qu’ailleurs, en raison des défis immenses auquel le continent fait face comme le réchauffement climatique, l’accès à l’énergie ou encore la sécurité alimentaire.

La science et la technologie peuvent aider à relever ces défis ce qui n’est pas possible sans une implication des femmes. Leurs talents et perspectives enrichissent à maints égards la recherche scientifique », affirme Alexandra Palt, Directrice générale de la Fondation L’Oréal.

 

UN DISPOSITIF EXCEPTIONNEL POUR ACCOMPAGNER 14 JEUNES CHERCHEUSES AFRICAINES

 

Les 14 boursières – 12 doctorantes et 2 post-doctorantes – originaires de cinq pays d’Afrique sub-saharienne (Afrique du Sud, Ghana, Ile Maurice, Kenya et Nigéria) ont été sélectionnées pour l’excellence scientifique de leurs travaux parmi plus de 430 candidatures, par un jury d’experts indépendants.

Réunies à Nairobi à partir du 4 décembre prochain, elles bénéficieront d’un programme de formation, qui viendra compléter leur parcours scientifique.

Objectif : leur donner davantage de moyens pour poursuivre leur carrière et briser plus facilement le plafond de verre. Cette formation de trois jours sera dispensée par des experts internationaux sélectionnés par la Fondation L’Oréal et abordera différentes disciplines – acquisition de leadership, management, négociation, communication et prise de parole en public – ou encore des modules de media training et personal digital branding.

Le 6 décembre, ces 14 brillantes jeunes chercheuses se verront remettre une bourse de recherche lors d’une cérémonie exceptionnelle et devant un public distingué venu de tout le continent africain, composé de représentants des pouvoirs publics et de l’UNESCO, de scientifiques, d’universitaires, d’intellectuels, de leaders d’opinion et d’organisations qui promeuvent l’égalité des genres.

Enfin, les boursières bénéficieront d’une campagne de visibilité sur le continent africain de grande ampleur, pour faire rayonner leur excellence, faire connaître leurs personnalités et sensibiliser le public. L’ensemble de ce dispositif sert une seule cause : mettre en lumière l’excellence scientifique des chercheuses d’Afrique sub-saharienne afin de créer des rôles

modèles, éveiller les vocations scientifiques chez d’autres jeunes femmes et permettre aux femmes de prendre la part qui leur revient dans la construction de l’avenir durable du continent.

 

QUI SONT-ELLES ?

 

Olanike Akinduyite – Nigéria Spécialité : Informatique et sciences de l’information Travaux de recherche : Crypto système biométrique à reliure de clé à empreinte digitale

Rima Beesoo – Ile Maurice Spécialité : Sciences biologiques – Biochimie Travaux de recherche : Étude de la caractérisation biochimique des potentiels antioxydants, antimicrobiens et anti-cancérigènes de certaines espèces d’invertébrés marins

Takalani Cele – Afrique du Sud Spécialité : Sciences environnementales – Physique de la matière condensée Travaux de recherche : Étude des nanoparticules et nanocomposites hybrides des métaux du groupe du platine (MGP) par radiolyse gamma / EISA

Dr. Maralize Everts – Afrique du Sud Spécialité : Génie mécanique – Mécanique des fluides Travaux de recherche : Transferts de chaleur et chute de pression de fluides à haute viscosité dans des tubes récepteurs solaires

Charlene Goosen – Afrique du Sud Spécialité : Sciences de la santé – Épidémiologie Travaux de recherche : Effet des suppléments en fer par voie orale sur la microflore intestinale chez les enfants infectés par le VIH

Lerato Hlaka – Afrique du Sud Spécialité : Sciences de la santé – Maladies infectieuses Travaux de recherche : Caractérisation des liants mineurs de la gorge en tant que nouveaux composés principaux et utilisation de vésicules de surfactant non ioniques en vue d’améliorer leur efficacité dans le traitement de la tuberculose

Harshna Jivan – Afrique du Sud Spécialité : Physique – Physique nucléaire Travaux de recherche : Étude de l’influence de la déformation nucléaire sur la résonance dipolaire pygmée dans les isotopes du samarium

Dr. Priscilla Kolibea Mante – Ghana Spécialité : Sciences environnementales – Neurosciences Travaux de recherche : Activités anticonvulsives de la cryptolépine et ses nanoparticules solides-lipides dans la gestion de l’épilepsie induite par la neurocysticercose

Gladys Mosomtai – Kenya Spécialité : Sciences environnementales – Géoscience Travaux de recherche : Influences de la dynamique des paysages, de la variabilité du microclimat et des pratiques agronomiques dans le photosystème caféier des petites exploitations du comté de Murang’a au Kenya

Fiona Mumoki – Kenya Spécialité : Sciences biologiques – Entomologie Travaux de recherche : Étude du rôle des phéromones de couvain dans l’inhibition de la domination des parasites reproducteurs d’Apis

Shalena Naidoo – Afrique du Sud Spécialité : Sciences de la santé – Immunologie – Virologie Travaux de recherche : Perspective longitudinale sur l’impact du statut immunitaire sur le réservoir latent du VIH-1 et les résultats neurocognitifs chez les enfants

Olaperi Okuboyejo – Nigéria Spécialité : Informatique et Science de l’Information – Intelligence artificielle Travaux de recherche : Génération de commentaires automatiques améliorés pour l’apprentissage des expressions régulières

Andrea Wilson – Afrique du Sud Spécialité : Sciences biologiques – Génomique Travaux de recherche : Reproduction sexuelle chez les espèces Huntiella

Madelein Wooding – Afrique du Sud Spécialité : Chimie – Sciences de la vie Travaux de recherche : Communication chimique entre le moustique porteur du paludisme, l’anopheles arabiensis et son hôte humain.

 

LE PROGRAMME L’OREAL-UNESCO FOR WOMEN IN SCIENCE

 

Depuis sa création en 1998, le programme L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science a accompagné et mis en lumière 3 100 femmes scientifiques.

Si les femmes représentent aujourd’hui 28 % des chercheurs, le plafond de verre reste particulièrement persistant dans le domaine de la recherche : 89 % des postes à responsabilités dans le secteur de la recherche sont occupés par des hommes, et 3 % seulement des prix Nobel scientifiques ont été décernés à des femmes depuis la création de cette distinction.

Chaque année, ce programme distingue 5 lauréates internationales représentant chacune une région du monde, et également plus de 290 jeunes chercheuses qui bénéficient d’une bourse de recherche et de formation. Suivez la Fondation L’Oréal sur twitter @4WomeninScience #FWIS #fondationloreal

Contacts presse :

Éric Bazin – eb@lelab.info – +33 6 27 94 52 01

Adélaïde Colin – adelaide.colin@loreal.com – +33 6 84 25 08 25

 

À propos de la Fondation L’Oréal

 

La Fondation L’Oréal agit en faveur des femmes dans le monde et les accompagne pour les aider à se réaliser dans deux grands domaines au fondement de la culture du Groupe : la recherche scientifique et la beauté inclusive.

Créé en 1998 et mené par la Fondation L’Oréal en partenariat avec l’Unesco, le programme Pour les Femmes et la Science veut améliorer la représentation des femmes dans les carrières scientifiques, fort de la conviction que le monde a besoin de la science, et la science a besoin des femmes. Depuis 20 ans, plus de 3 100 chercheuses issues de 117 pays ont été accompagnées et mises en lumière.

Convaincue que la beauté est au cœur du processus de reconstruction de soi et vecteur d’inclusion sociale, la Fondation L’Oréal développe également des formations d’excellence gratuites aux métiers de la beauté à destination de personnes fragilisées.

Elle donne aussi accès à des soins de beauté et de bien-être en milieu médical et social pour accompagner des personnes en souffrance physique, psychique ou sociale, ainsi qu’à des opérations de chirurgie réparatrice.

[/vc_column_text][vc_masonry_grid post_type= »post » max_items= »2″ style= »load-more » items_per_page= »2″ btn_color= »default » grid_id= »vc_gid:1559902357393-40d4ecab-0fb5-3″ taxonomies= »99″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text color= »#000000″]

Entreprenariat en Afrique : plus 100 start-ups en décembre à Abidjan

Du 1er au 3 décembre 2017, se tiendra à Abidjan une réunion de réflexion autour du thème : « Bancarisation : du cash à la banque », avec plus de 100 startups africaines.

Une initiative de Land of African Business (LAB). Les 100 startups défendront durant 3 jours leurs projets devant un parterre de d’investisseurs en marge du sommet UA-UE. Ce
sera aussi l’occasion pour les jeunes entrepreneurs africains de montrer le savoir-faire d’un continent où le taux de chômage est des plus élevés au monde. Surtout qu’à ce sommet, seront présents presque tout ce que les deux continents (Afrique et Europe) compte d’investisseur et d’experts.

Cette foire à la promotion de l’entreprenariat jeune est placée sous le patronage du Bruno Nabagne KONE, Ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste, Porte-Parole du gouvernement Ivoirien. Et est organisée par Land of African Business (LAB). Avec pour objectif d’intéresser les jeunes entrepreneurs africain à la banque. D’où le thème « bancarisation : du cash à la banque ». Il faut préciser que le taux de bancarisation en Afrique se situe en dessous des 15%.
Né il y a 3 ans, le Land of african business (LAB) propose des expertises de haut niveau, inspirant des solutions novatrices dans unedémarche sociétale inclusive. Il promeut le partage des meilleures pratiques environnementales, économiques, sociales, éducatives et culturelles développées sur le continent.

 

La Côte d’Ivoire abrite la 3ème édition du LAB les 1er, 2 et 3 décembre 2017
sous le thème “Bancarisation : du cash a la banque”

Dans le prolongement du Sommet UA-UE, les figures emblématiques de l’Afrique de demain se réunissent à Abidjan les 1er, 2 et 3 décembre 2017, trois jours de réflexion et de partage, sous l’égide du Land of African Business (LAB) qui depuis trois ans, propose des expertises de haut niveau, inspirant des solutions novatrices dans une démarche sociétale inclusive, indiquent Alexia Chiche et Philippe Sclavon dans un communiqué transmis à VivAfrik.

Thème de cette 3ème édition : « Bancarisation : du cash a la banque », avec des experts faisant autorité, des institutions clés, et des profils atypiques. Loin des
grandes messes pro-africaines, où les officiants viennent se congratuler et distiller de bonnes intentions qui restent la plupart du temps embryonnaires, le LAB est un lieu de partage d’expériences et d’expertises au service de solutions concrètes qui tracent les chemins d’un développement pérenne, ajoute le document.

Qui précise que neuf tables rondes réunissant économistes, financiers, chefs d’entreprises, universitaires et personnalités politiques, seront l’occasion de discussions interactives, autour des thématiques essentielles pour les porteurs de projets, parmi lesquelles : comment faciliter le financement des start-up face aux difficultés de labancarisation ?, la blockchain : un graal pour l’Afrique ?, nouvelles monnaies numériques, quelles opportunités ? et enfin l’’accès à la terre, problématique du foncier lié à l’absence de bancarisation en zone rurale ?

Les African Rethink Awards, dénicheurs de Success Stories
Célébrant l’esprit d’entreprendre de la jeunesse africaine, ces rencontres permettront aussi à plus de 100 start-up, venues de tout le continent et prises en charge par le LAB, de défendre leur business model devant un parterre d’investisseurs, chefs d’entreprises et experts, dans le cadre des African Rethink Awards, dont les lauréats bénéficient d’un accompagnement de parrains impliqués tout au long de l’année.

Cinq Prix seront décernés : Grand Prix – Prix de la Francophonie – Prix Agri-Tec – Prix de l’Entreprenariat Féminin – Prix de la Meilleure Start-Up Ivoirienne.

Si l’on se fie à notre source, dénicheurs de Success Stories, les African Rethink Awards, ont révélé quelques pépites à l’image de Mariama Mamane (Jacigreen) qui transforme une plante nuisible en engrais naturel et en électricité, l’un des 20 projets les plus prometteurs en Afrique selon l’ONU, Christian Hafidh Mwijage (ECOACT) qui utilise des déchets plastiques pour construire des hôpitaux, des routes et des crèches, en matériaux de construction synthétique – 

Brenda Katwesigye (WAZI VISION) qui offre aux écoliers des soins optiques et des paires de lunettes abordables conçues à partir de plastiques recyclés. Les femmes, au coeur des actions de développement des territoires, seront également à l’honneur le dimanche, à travers deux tables rondes dédiées à l’économie
du genre : comment combattre la fatalité ?, de l’usage et de la représentation de la femme dans les marques en Afrique.

De nombreuses personnalités africaines seront présentes, parmi lesquelles : Bruno Nabagne Koné, ministre de la Communication, de l’Economie numérique et de la Poste, Porte-parole du gouvernement ivoirien, parrain de cette 3e édition du LAB – Françoise Assogba, ministre en charge de la Micro-Finance au Bénin – Touré Fama, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte-d’Ivoire – Candace Nkoth Bisseck, fondatrice de digitalfordevelopment.org, qui travaille sur le numérique comme levier de développement – Mame Cafa Sall, fondatrice du cabinet Kaizen spécialisé en développement personnel des managers et dirigeants et présidente de la commission leadership et compétitivité du Centre Africain de veille et d’intelligence économique (Cavie) –
Omar Cissé, président d’In Touch, acteur majeur de la Fintech.

Fruit de ce foisonnement d’idées et d’initiatives, un livre blanc reprenant l’essentiel de ces échanges, formulera des recommandations qui seront présentées lors d’une journée de débriefing «Back from Abidjan» le 16 mars 2018 au Conseil Supérieur du Notariat Francophone à Paris.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]