Prix de l’Entrepreneuriat féminin : Mariam Cissé – SANZARA -Mali

Published by lelab on

Une alimentation saine et accessible avec Mariam Cissé

(Mali)

Mariam Cissé, fondatrice de Sanzara

SANZARA est une chaîne de distribution de produits frais et locaux composée de plusieurs espaces de vente à travers la ville de Bamako. L’espace SANZARA est un trait d’union entre les producteurs locaux qui auront accès à un endroit dans lequel écouler leurs produits et la population qui pourra, quant à elle, se procurer des produits frais, de qualité et à un prix abordable. 

La particularité de SANZARA est de rassembler dans un seul et même endroit des produits frais localement produits tout en restant ouvert après les heures de fermeture des marchés. Cela permet ainsi aux pères et mères de famille qui travaillent et qui n’ont pas toujours le temps d’aller au marché de faire toutes leurs courses dans un unique endroit après leur journée de travail.

LE LAB : « Pouvez-vous revenir sur votre parcours et sur vos responsabilités à l’heure actuelle ? » 

Mariam CISSE : « Détentrice de mon diplôme d’architecture dès 2014, je suis rentrée définitivement au Mali après mes études en Tunisie et mon stage à Dakar dans un cabinet d’architecture. Voyant ma mère passionnée d’élevage de poulets de chair, je décide alors de prendre l’activité en main. Je construis alors un poulailler au-dessus de la maison pour faire mon élevage. J’ai commencé avec 200 poussins, pour me retrouver en 2017 avec plus de 1000 poussins et plusieurs hôtels de la capitale (Radisson, Onomo, etc) comme clients. C’est quand j’ai commencé à vendre à perte aux revendeurs que j’ai décidé d’arrêter ma production et de trouver une solution pour ouvrir mon propre point de vente. Actuellement je suis la fondatrice et la gérante de SANZARA : une chaîne de distribution de produit locaux frais et transformés.»

LE LAB : « Pouvez-vous nous en dire plus sur votre engagement ? Quelles sont les causes qui vous tiennent personnellement le plus à cœur ? » 

Mariam CISSE : « Offrir à la population des produits sains de qualité tout en leur faisant comprendre la nécessité de consommer local est l’objectif que de je suis fixé en créant SANZARA. Car pour lutter contre l’importation de produits de bases de première nécessité, il faudrait que la population soit sensibilisée. Pour que l’agriculteur puisse vivre de son travail, il faudrait qu’il ait accès à des  marchés qui mettent en avant la qualité et la compétitivité de ses produits. 

Ainsi, je me suis engagée à combattre le réchauffement climatique, en réduisant la pollution causée par les sacs plastiques et l’abattage massif des arbres à des fins de production des sacs en papier, tout en valorisant les ressources agricoles. Créer de la richesse et de l’emploi chez les jeunes, au service de l’environnement sont pour moi les choses qui me tiennent le plus à cœur. » 

LE LAB : « Pouvez-vous nous en dire plus sur les raisons qui vous ont poussée à lancer votre start-up ? »

Mariam CISSE : « En tant que productrice locale de poulet de chair et de poisson, j’écoulais toujours mes productions chez des revendeurs qui faisaient toujours baisser le prix à telle enseigne, à tel point que je ne faisais plus de bénéfice pour pouvoir continuer mes productions tandis que ces revendeurs gagnaient plus que nous qui produisions.

En tant que jeune femme active travaillant du lundi au samedi et étant la seule fille de la famille, j’ai en plus de mes obligations professionnelles, des obligations familiales : faire les courses, m’occuper de la maison entre autres. J’avais toujours du mal à aller au marché, faire les courses. A travers les discussions avec mes amies, sœurs, mères au foyer, jeunes mariées, j’ai constaté que je n’étais pas la seule confrontée à ces problèmes.

Nous le savons tous, il est très difficile de trouver des produits frais surtout maraîchers, car, avec les produits importés qui envahissent nos marchés, les producteurs locaux sont laissés pour compte et l’importation prend le dessus surtout en période de contre saison. Ce système tue à petit feu nos producteurs locaux.

LE LAB : « Pourquoi considérez-vous qu’il soit primordial d’encourager et de soutenir les jeunes entrepreneurs africains ? »

Mariam CISSE : « C’est cette jeunesse qui représente l’avenir de ce continent, car les services de la fonction publique ont montré leur limite. Ces jeunes entrepreneurs peuvent réduire considérablement le taux de chômage sur le continent et participer au développement des pays africains. Il ne faut pas oublier également que ces jeunes entreprennent pour apporter des solutions locales aux problèmes de la population. Il est impératif de soutenir ces jeunes entrepreneurs car ils représentent  une lueur d’espoir pour tout une jeunesse qui cherche encore ses repères. »

LE LAB : «  Pourquoi participer aux African Rethink Awards vous tient-il à cœur ? » 

Mariam CISSE : « J’ai participé à ce concours pour rencontrer des partenaires, techniques et financiers. Mais aussi et surtout sortir de ma zone de confort, me confronter à d’autres projets innovants et évaluer la pertinence de mon projet à l’échelle sous régionale. »

Categories: Femmes d'Afrique