Sokowatch – Fondé en 2013 au Kenya, par Daniel Wu – 17 avril 2020

Published by Le LAB on

Allier les marchés informels avec les géants de la distribution mondiale : c’est le pari tenté et réussi par Sokowatch, une start-up basée au Kenya active depuis 2016. Sa plate-forme centralise les besoins des détaillants et distributeurs locaux et livre les produits demandés sans passer par des producteurs en gros ou des banques pour le financement. La livraison se fait généralement en rickshaw. « Il y a en Afrique plus de 10 millions de vendeurs informels qui vendent environ 180 milliards de dollars de biens chaque année. Pourtant, malgré leur importance vitale pour l’économie, ces détaillants sont régulièrement à court de produits, manquent d’accès aux financements et ont besoin d’outils de management avancés. Sokowatch ambitionne de transformer l’écosystème de la vente en révolutionnant cet accès aux biens » , présente la société sur son site internet (https://sokowatch.com/). Largement orientée sur le modèle « Business-to-Business », la start-up affirme ainsi son attachement aux circuits économiques locaux.

Cela n’empêche cependant pas Sokowatch de conclure des partenariats à grande échelle. La start-up s’est ainsi associée à des distributeurs internationaux, comme Unilever et Procter & Gamble (https://qz.com/africa/1806454/kenyas-sokowatch-raises-14-million-series-a-funding/). Après avoir rapidement dépassé les frontières du Kenya, Sokowatch est aujourd’hui active dans 9 villes représentant 4 pays : le Kenya, mais aussi la Tanzanie, le Rwanda et l’Ouganda.

Sur le modèle d’Alibaba en Chine, Sokowatch cherche encore à se développer : après sa première levée de fonds réalisée en 2016, rapportant 2 millions de dollars, la start-up a récolté près de 14 millions de dollars lors de son financement en Série A ( https://techcrunch.com/2020/02/23/sokowatch-raises-14m-to-digitize-africas-informal-b2b-supply-chain/). Une porte d’entrée potentielle vers d’autres marchés africains, selon son président et fondateur Daniel Yu.

Daniel Yu, fondateur et président de Sokowatch

Ancien développeur, Daniel Yu avait auparavant fondé la plate-forme éducative en ligne BoSoul avant Sokowatch. Après avoir lancé un système de SMS pour faciliter la logistique et les livraisons, il prévoit de lancer des outils d’analyse de données pour aider les vendeurs à améliorer leur modèle (https://techcrunch.com/2018/07/26/sokowatch-closes-2-million-seed-round-to-modernize-africas-b2b-retail/).